Artizans
  • slide1
  • slide2
  • slide3
  • slide4
  • slide5

 

La Cie Artizans présente deux spectacles au festival d'Avignon :

CAMILLE CLAUDEL ÊTRE MATIÈRE
Festival d'Avignon, Théâtre Alizé, les 4, 6, 8, 19, 21, 23, 25 juillet.
9 h 45, durée 1h10

Tout public à partir de 14 ans

 

LIGNES
Festival d'Avignon, Théâtre Alizé, les 5, 7, 9, 20, 22, 24, 26 juillet.
9 h 45, durée 1h10

Tout public à partir de 12 ans

Tarifs : Plein 17€ / Réduit (carte Off) 12€
Contact : THÉÂTRE ALIZÉ, 06 83 25 24 52, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

CAMILLE CLAUDEL ÊTRE MATIÈRE

camille claudel

 

 

Dire, écrire, jouer, c’est commettre un acte responsable en conscience


Ici nous ne sommes pas au théâtre, ici on ne joue pas


Il y a dans la vie des rencontres fondatrices vers lesquelles l’on souhaite revenir parce qu’elles nous permettent de mesurer le chemin parcouru. Après la centième représentation, deux festivals d’Avignon, nous éprouvons le besoin d’un dernier voyage avec Camille Claudel. Ce travail d’écriture a pour origine le
dossier psychiatrique de Camille Claudel. Pas de fantasme, pas de mythe, juste du quotidien. Ce qui m’a intéressé chez Camille Claudel, c’est sa situation d’exilée. L’exilée que l’on arrache à sa terre, ici au sens propre comme au sens figuré, pour la perdre sur une autre contrée. Contrée sur laquelle elle ne reconnaît pas ses racines. Camille exilée aux frontières de l’humanité. Nous avons tous en commun le souvenir d’un lieu qui est dans un ventre et non sur une terre. Nous sommes tous des exilés.

Poignante, transformée en sculpture vivante, Isabel B. en Camille Claudel
Reine Marie Paris, petite Nièce de Camille Claudel « C’est ce qu’il fallait faire : traiter
de Camille en tant qu’artiste et en tant que femme et pas seulement au travers de sa
relation avec Rodin » - La Provence le 20 juillet 2OO3


Isabel B. incarne la force de la souffrance d’une artiste de génie qui n’a pas été reconnue
pour la seule raison que le talent n’était pas féminin - Midi Libre 23 juillet 2003

En savoir plus...

 

LIGNES

lignes

 

 

Je trace une ligne sur le sol, ça ressemble à un jeu d’enfant
Cette ligne je l’appelle frontière De ce côté de la ligne, c’est chez moi et ça doit le rester, c’est l’histoire qui l’a dit
Parfois c’est le ciel qui l’a dit... Drenica – Kaboul – Gaza – Bamako – Berlin…
Et si on effaçait la ligne ?

La guerre n’est pas un jeu d’enfant, lorsque les enfants jouent à la guerre, ils nous la montrent dans son plus simple appareil.
Dire l’indicible avec des mots simples, la comédienne n’est pas une enfant, elle ne joue pas à l’enfant, elle dit juste ce qu’elle voit avec ce qu’il reste d’enfant en elle.
Ce qu’elle voit c’est une ligne.
Une ligne frontière qui définit le territoire ; ici c’est chez moi
Une ligne frontière qui dit l’origine ; c’est là d’où je viens ; c’est là qui je suis.
Une ligne frontière qui définit ma patrie ; c’est la terre de mon père
Une ligne frontière qui définit ma terre mère
Cette ligne on peut la suivre à la trace dans le monde entier
De Kaboul à Berlin en passant par Gaza
Cette ligne commence chez soi devant sa porte juste avant l’étranger celui que
Je ne connais pas encore

 

En savoir plus...

Site du Théâtre Alizé